RAPPORT D’EVALUATION HUMANITAIRE ET DES MASSACRES EN VILLE ET TERRITOIRE DE BENI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

RAPPORT D’EVALUATION HUMANITAIRE ET DES MASSACRES EN VILLE ET TERRITOIRE DE BENI

Message par Mathilde le Mar Nov 18 2014, 16:21

POUR UNE TRÉS LARGE DIFFUSION !!!
RAPPORT D’EVALUATION HUMANITAIRE ET DES MASSACRES EN VILLE ET TERRITOIRE DE BENI .
Octobre, 2014

1. Introduction
Née de la fusion de groupes armés opposés au Président Ougandais YOWERI KAGUTA MUSEVENI au pouvoir depuis 1986, le groupe armé de l’Allied Democratic Forces/National Army of Libération of Uganda (ADF/NALU) doit sa triste renommée à des combattants qui se sont, au fil des années radicalisés. A l’origine, composé essentiellement des militants du Tabliq ( mouvement missionnaire Musulman), aujourd’hui, ce groupe armé étranger dirigé depuis 2007 par Jamil MUKULU (chrétien converti à l’Islam) serait composé d’islamistes, en majorité.
Positionné dans le maquis sur les pentes et au pied du Mont Rwenzori en R.D.Congo depuis 1997, l’ADF/Nalu a été, pour la première fois, la cible de la traque de la MONUC (devenue MONUSCO) et les FARDC en 2005. Comme cette traque n’avait pas été concluante, le gouvernement avait lancé les opérations «Rwenzori» le 25 juin 2010 en vue d’en finir avec l’ADF/Nalu présent sur le sol congolais depuis bientôt 3 décennies. Les conséquences humanitaires ont été énormes (déplacements massifs des populations et pertes des biens et des récoltes, détérioration avancée de l’économie locale,… 219 personnes tuées et 350 personnes portées disparues). Malheureusement, ces opérations avaient connu un arrêt brusque laissant le temps aux rebelles de se réorganiser et de commettre d’innombrables exactions infra humaines illustrées par l’enlèvement des centaines des personnes.

La traque de ce groupe armé dite opération «SOKOLA» lancée depuis 2013 se trouve aujourd’hui ponctuée par une situation inouïe d’enlèvements et des massacres par les présumés ADF en grande échelle des paisibles citoyens de la ville et du territoire de Beni. En effet, dans l’espace de 47 jours soit du 1er Septembre au 16 Octobre 2014 un carnage inouï a été vécu en territoire et en ville de Beni à la base non seulement de la psychose au sein de la population mais aussi du deuil (massacre de près de 80 personnes) et des déplacements massifs de la population.
2. «Holocauste» du 02 septembre au 09 octobre 2014

Les enlèvements et les assassinats des paisibles citoyens par les présumés ADF/Nalu au courant de la période du 02 septembre au 09 octobre 2014 sur l’axe Oicha Eringeti ont été à la base de la situation humanitaire critique sur l’axe OICHA-ERINGETI. En effet, dans la nuit du 02 au 03 octobre 2014 près de 50 éléments des présumés ADF/Nalu ont fait incursion dans la localité de MUKOKO où ils ont enlevé, tué des personnes, pillé de l’argent, des chèvres et de la volaille. Ainsi les localités de Mukoko et de Kokola situées sur la nationale N° 4 s’étaient complètement vidées de leurs habitants laissant derrière eux la plupart de leurs biens pour trouver refuge à Oicha, ville de Beni, Eringeti,... Comme si cela ne suffisait pas, le dimanche 05 octobre 2014 vers 19 h00 un autre groupe assimilé aux éléments ADF a réussi aussi à faire incursion dans le village LINZOSISENE à plus ou mois 25 km au Nord de la cité de OICHA où ils ont enlevé une dizaine des gens dont le Chef du village. Bilan: déplacement massif de la population, 5 personnes tuées, 8 disparues et 4 blessées.
3. «Holocauste» de la ville de Beni/au quartier NGADI

Des sources locales (les membres des ménages rescapés) nous ont rapporté que les faits se sont passés autour de 19 heures, le 15/10/2014. Les malfrats déguisés en pagnes et en robe blanche «tenue musulmane» étaient visibles dans le quartier autour de 18 heures en train de siroter un verre. Ayant constaté qu’ils étaient déjà dans le collimateur du Commandant FARDC de la place qui a tenté d’alerter ses militaires par un coup des balles en l’air, les malfrats ont tiré à bout portant sur lui et démarré ainsi leur salle besogne. Tuant ainsi au quartier Ngadi, Kadoghu et Bamale une trentaine de personnes dont 2 militaires FARDC, le chef du village de Kadoghu du nom de BAMBITI, un homme de BAMALE égorgé, un bébé de 2 ans dont les assaillants ont embuté la main après avoir assassiné tous les membres de famille parmi lesquels sa mère.

4. «Holocauste» de la localité de ERENGETI


Dans la nuit du 17 au 18 octobre 2014 les présumés ADF/Nalu se sont encore illustrés dans une nième massacre, d’une rare cruauté, de 24 personnes dont 10 enfants, 9 femmes et 5 hommes. La plupart des victimes ont été sommairement exécutées à l’arme blanche. Parmi les victimes de ERENGETI était aussi le lieutenant KABEA tué par balles. La plupart de la population a pu se déplacer surtout vers Luna.
5. Besoins exprimés par la population
Depuis les opérations Rwenzori (2010), voici bientôt 4 ans l’axe OICHA-ERINGETI en général et l’Est de cette axe en particulier n’a pas eu une sécurité durable devant permettre aux populations de reprendre paisiblement les activités champêtres (activité principale de la population) si bien que l’économie de la contrée se trouve dans une sorte de «coma» à la base d’une pauvreté criante. Le spectre de l’insécurité alimentaire plane sur les localités de cette zone où la population a du mal à accéder aux champs qui, malheureusement, se trouvent soit en zone opérationnelle ou soit occupés par les présumés ADF/Nalu. L’espoir de reprendre les activités économiques que la population avait déjà suite à la bonne évolution de l’opération SOKOLA s’estompe suite aux massacres à grande échelle. Le calvaire vécu en territoire de Beni et en ville de Beni édifie la population que la partie où se trouvent leurs champs reste pour eux un SANCTUAIRE DE LA MORT où il est prudent de ne pas s’engager. Pour que la population de cet axe vive encore dignement, de l’échange avec eux et de l’analyse du contexte dans lequel ils ont vécue pendant bientôt 4 ans il ressort que les priorités sont les suivantes:
l’assistance alimentaire
L’assistance médicale dans la mesure où la capacité de réponse aux besoins de santé des structures sanitaires de cette axe est de loin inférieure. C’est une nécessité que les structures sanitaires soient renforcées en médicaments, en motivation du personnel soignant en vue d’une meilleure prise en charge des cas des maladies (dont le nombre augmentera certainement), assurer la vaccination des enfants et des femmes enceintes (suite aux déplacements massifs).
Initiation des actions de protection en faveur des populations de l’axe BENI-ERINGETI (Monitoring protection, accompagnement psychosocial en faveur des membres de la communauté dont la plupart sont en proie à la dépression, réinsertion et/ou prise en charge des orphelins, des veuves, éducation à la paix…)

6. Témoignage poignant d’un enfant orphelin victime de «l’holocauste» de Ngadi

«Je venais d’aller au lit. Les assaillants sont arrivés et ont abattu les miens (papa, maman, mes frères et sœurs). Ce sont les coups des balles qui m’ont arraché de mon lit. Je suis le seul premier témoin de la mort de tous les miens. Le seul parent qui me reste c’est mon oncle paternel qui était à Eringeti pour des activités de champs. Je ne sais pas comment je vais continuer avec les études. Nous avons besoin de la paix (amani) » ERIC, près de 10 ans, est retourné néanmoins à l’école.
7. Conclusion ( note de Youyou Muntu-Mosi ).
Après lecture de ce rapport donné avec force et détails , je tenais particulièrement à remercier toutes les personnes ayant contribué à son élaboration au péril de leur vie et qui pour des raisons de sécurité évidentes ont vu leurs noms ôté de ce résumé .
Ceci est la réalité brute, terrifiante de ce que nos frères , sœurs, compatriotes vivent actuellement au Nord-Kivu.
Ce drame humanitaire , cette violence inouïe , cette barbarie sans nom trouve ses racines dans le silence complice de la communauté dite " internationale", mais aussi au sein d'une grande partie du peuple congolais qui se dissocie , se désolidarise des leurs et laisse l'indicible se produire !
Ce rapport macabre n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan de sang qui recouvre désormais notre pays la RDC , d'autres récits existent plus dantesques les uns que les autres.
Maintenant que vous avez touché du doigt la vérité , vu la barbarie en face...svp ne restez ni muet, ni sourd , encore moins aveugle et diffusez ceci un maximum pour que le monde sache ce qu'on fait à notre peuple !
Que ce pseudo gouvernement soit mis face à ses responsabilités et à son incompétence...incapable qu'il est à protéger les nôtres.
Ceci est fait au nom du DEVOIR DE MÉMOIRE...pour la paix et la justice , pour un état de droit en RDC !
QUE LES ÂMES DES INNOCENTS DISPARUS REPOSENT EN PAIX .
Patriotiquement .
Youyou Muntu-Mosi .
Source et crédit photo : Caritas Butembo-Beni










Sad Sad Sad Sad
avatar
Mathilde

Messages : 772
Date d'inscription : 20/01/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RAPPORT D’EVALUATION HUMANITAIRE ET DES MASSACRES EN VILLE ET TERRITOIRE DE BENI

Message par Mathilde le Mar Nov 25 2014, 03:43

NOUVEAU MASSACRE A BENI, PLUS DE 50 MORTS Sad Sad Sad

avatar
Mathilde

Messages : 772
Date d'inscription : 20/01/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RAPPORT D’EVALUATION HUMANITAIRE ET DES MASSACRES EN VILLE ET TERRITOIRE DE BENI

Message par Mathilde le Mar Nov 25 2014, 03:44

avatar
Mathilde

Messages : 772
Date d'inscription : 20/01/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RAPPORT D’EVALUATION HUMANITAIRE ET DES MASSACRES EN VILLE ET TERRITOIRE DE BENI

Message par Mathilde le Mer Nov 26 2014, 13:23

Dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), dans la région de Béni, la confusion règne autour des massacres des dernières semaines qui ont fait plus de 200 morts et qui n'ont pas été revendiqués. Parallèlement, un rapport de douze députés du parti au pouvoir et de l'opposition qui se sont rendus sur place fin octobre - et dont RFI a obtenu une copie - jette une lumière nouvelle sur les événements des dernières semaines et notamment sur les défaillances au sein de l'armée congolaise sur place.

Pendant cinq jours, les douze députés se sont entretenus avec les autorités et les habitants de Béni. Ils ont aussi rencontré des survivants et des témoins des attaques à Eringeti, Ngadi et Oicha, trois localités où des tueries ont eu lieu courant octobre.

Première remarque, selon ces députés, le système d'alerte a été un échec. A plusieurs reprises, la population et les services de renseignement ont signalé l'imminence d'une attaque aux forces de l'ordre - après avoir reçu des tracts, par exemple - mais à chaque fois, aucune disposition n'a été prise.

A chaque fois également, la police ou l'armée sont intervenues tardivement. Plus grave, le rapport cite plusieurs cas où des personnes, censées coordonner la protection de la population, n'ont pas fait leur travail.

Ce fut, par exemple, le cas dans la localité de Ngadi, à 7 km du centre de Béni. Un major, prévenu qu'une tuerie était en cours, aurait menacé « de fusiller tout élément de son unité qui oserait intervenir ». Des menaces également proférées contre un colonel qui voulait se rendre sur les lieux de l'incident le lendemain. Cette nuit-là, trente personnes seront tuées.

Un autre exemple, à Béni, fait état d'un commandant de la police qui aurait fermé les deux numéros verts mis en place par la mission de l'ONU (Monusco) pour que la population puisse alerter la police en cas d'attaques. Enfin, à Eringeti, l'arrivée des secours pour stopper le massacre en cours, la nuit du 17 octobre, a été largement retardée par une dispute entre deux unités de l'armée présentes sur place.

Les députés réclament une commission d'enquête parlementaire

Pourquoi ces défaillances ? N'y aurait-il pas une implication de certains éléments de l'armée ou de la police dans ces tueries ? Le rapport des députés ne répond pas à cette question mais réclame une commission d'enquête parlementaire.

Il relaye aussi la demande de la société civile de Béni, à savoir la mutation des fonctionnaires ou militaires en place depuis longtemps dans cette zone. Le président Joseph Kabila l'avait promis en décembre 2013 et l'a répété fin octobre lors de sa visite.

A ce jour, aucune mutation ou changement dans l'armée n'a été annoncé. Le rapport a été débattu à l'Assemblée nationale la semaine dernière. Les recommandations des députés doivent maintenant être adoptées en plénière pour être soumises au gouvernement.

L'armée congolaise a par ailleurs annoncé avoir arrêté 34 hommes armés et dix civils soupçonnés d'être impliqués dans le dernier massacre, le 20 novembre, dans trois localités situées à une dizaine de kilomètres de l'aéroport de Béni et qui a fait une centaine de morts. Vingt-quatre armes auraient également été saisies.

Ces éléments sont cruciaux au moment où aucune de ces attaques n'a été revendiquée et au moment où les enquêtes pour identifier ces assaillants sont toujours en cours.


avatar
Mathilde

Messages : 772
Date d'inscription : 20/01/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RAPPORT D’EVALUATION HUMANITAIRE ET DES MASSACRES EN VILLE ET TERRITOIRE DE BENI

Message par Mathilde le Mer Nov 26 2014, 14:08

DES MILITAIRES UKRAINIENS DE LA MONUSCO PRIS EN FLAGRANT DÉLIT DE TRAFIC D'UNIFORMES DES FARDC ( FORCES ARMÉES DE LA RDC ) !

Effervescence cet après midi à l’aéroport de Goma, les services de sécurité militaire ont surpris avec la police des frontières, des pilotes de la MONUSCO avec des tenues de la garde républicaine.

Plus de dix militaires ukrainiens reconnus comme des pilotes ont été arrêtés avec un congolais qui facilitait ce trafic et ont été conduit par les FARDC à la 34ème région militaire.

Selon plusieurs sources , ce trafic était soupçonné depuis longtemps et c’est ce mercredi 26 Novembre 2014 que le réseau vient d’être démantelé. Le commandant de la 34 ème région militaire a commencé à entendre les 10 prévenus ukrainiens et leur complice congolais.

Voice of Congo



avatar
Mathilde

Messages : 772
Date d'inscription : 20/01/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RAPPORT D’EVALUATION HUMANITAIRE ET DES MASSACRES EN VILLE ET TERRITOIRE DE BENI

Message par Mathilde le Ven Nov 28 2014, 06:50




Mbusa Nyamwisi, ancien patron de la rébellion RCD-KML, accuse le général Mundos [ami du président « Joseph KABILA », Hyppolite KANAMBE de son vrai nom], le commandant de l'opération Sokola censée lutter contre les ADF-Nalu, d'être le complice des rebelles ougandais : " Des ADF-Nalu massacrent plus de 80 citoyens dans un périmètre de 50km² où il y a des milliers de soldats congolais, et bien entendu la Monusco [la force onusienne en RDC], sans que l'armée ne soit en mesure de capturer un seul de ces assaillants. Au-delà de l'incompétence, c'est plutôt de la complicité. " Il exige une enquête indépendante.

Les massacres des populations et un Etat vide
Une série de massacres ont été perpétrés en territoire de Beni dans le Nord-Kivu. En l'espace de deux semaines, 80 personnes ont été tuées de manière extrêmement barbare, les assaillants s'étant servi de moyens rudimentaires, mais infiniment cruels (machettes, haches, douilles de houe). Les autorités ont rapidement attribué ces tueries aux rebelles ougandais, les ADF. Une version que de nombreuses sources locales ont toutefois mise en doute, mais ce n'est pas ce qu'il y a de plus important. Ce qui inquiète véritablement est que le pays en est à son quatrième massacre d'aussi grande ampleur depuis dix mois seulement, tandis qu'une peur, tout à fait justifiée, traverse les couches populaires. Du coup, des voix s'élèvent pour appeler à la création des groupes d'auto-défense, ce qui plongerait la région dans une situation comparable à celle qui a prévalu il y a de cela deux décennies, avec des dérives qu'on n'a pas fini de déplorer.
avatar
Mathilde

Messages : 772
Date d'inscription : 20/01/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RAPPORT D’EVALUATION HUMANITAIRE ET DES MASSACRES EN VILLE ET TERRITOIRE DE BENI

Message par Mathilde le Jeu Déc 04 2014, 03:26

Tokomi Wapi : Affaire tuerie à Beni, Ndeko Elieser épluche le dossier avec Mfumu Ntoto.


avatar
Mathilde

Messages : 772
Date d'inscription : 20/01/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RAPPORT D’EVALUATION HUMANITAIRE ET DES MASSACRES EN VILLE ET TERRITOIRE DE BENI

Message par Mathilde le Lun Déc 15 2014, 11:06

Dans le Journal Afrique de TV5MONDE ,
Les terribles témoignages des survivants des derniers massacres dans le Nord-Kivu, en République démocratique du Congo


https://www.facebook.com/video.php?v=808610285867555&set=vb.581329788595607&type=2&theater Sad Sad
avatar
Mathilde

Messages : 772
Date d'inscription : 20/01/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RAPPORT D’EVALUATION HUMANITAIRE ET DES MASSACRES EN VILLE ET TERRITOIRE DE BENI

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum