Joseph Kabila tance M. Mutinga : "Ou tu es avec nous, ou tu es contre nous"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Joseph Kabila tance M. Mutinga : "Ou tu es avec nous, ou tu es contre nous"

Message par Mathilde le Dim Mar 23 2014, 12:45


Difficile jeu d’équilibriste quand on est dans l’arène politique, doublé de la casquette de journaliste ou de patron d'un média. C'était l'un des moments forts de la messe de Kingakati, jeudi 20 mars 2014, quand Joseph Kabila a clairement sermonné Modeste Mutinga, sénateur et président du groupe Le Potentiel. Le président congolais ne veut plus continuer à supporter "l'impartialité" d'un média appartenant à un sociétaire de la Majorité Présidentielle.




Certains caciques du pouvoir ont pris le relais pour régler des comptes, ce qui a appelé une réaction directe du Groupe Le Potentiel comme cela apparait dans les lignes suivantes :

1000 dollars pour se payer la tête de Mutinga


Modeste Mutinga, sénateur et fondateur du journal Le Potentiel, est dans le collimateur de certains zelés de la Majorité présidentielle qui, profitant de l’incise du chef de l’Etat à l’endroit du journal, jeudi dernier à Kingakati, ont juré d’avoir sa peau. Sa tête est désormais mise à prix.

A raison de 1 000 Usd par rédaction de son choix, un ministre du gouvernement central s’est chargé de la sale bésogne. Le Potentiel s’est fixé une ligne qu’il défend en toute responsabilité et professionnalisme. Il a fait un choix qui le lie à jamais, c’est le respect de l’autorité, la défense de la patrie et de ses institutions.

La rencontre de Kingakati n’a pas épargné le journal Le Potentiel. Pour avoir eu le courage de prendre un angle d’analyses sur certains sujets d’actualité, le quotidien s’est mis presqu’en déphasage avec la Majorité présidentielle. Qu’a-t-on reproché au Potentiel ? Son impartialité, peut-être. Ou encore son objectivité.

De toutes les façons, l’on retiendra de la rencontre de jeudi 20 mars 2014 à Kingakati que le chef de l’Etat a rappelé sa Majorité à l’ordre, la priant de cultiver davantage la discipline, la loyauté pour plus de cohésion dans les rangs. Plus que ce mot d’ordre, le chef de l’Etat a prôné la discrétion pour que la MP avance en rangs serrés pour mieux aborder les échéances futures.

Malheureusement, là où le chef de l’Etat s’est voulu discret autant pour lui que pour les membres de sa famille politique, certains zélés de la MP en mal de sensationnelle ont trouvé une belle brèche pour se régler des comptes. Fondateur du journal Le Potentiel, rapporteur de la Chambre haute du Parlement, haut cadre du Mouvement social de renouveau (MSR), deuxième force politique de la MP, Modeste Mutinga est depuis la dernière rencontre de Kingakati dans le collimateur de l’aile dure de la Majorité.

S’adonner à pareille pratique ne serait-ce pas aller tout de suite à l’encontre des instructions de l’Autorité morale qui a appelé, quelques heures plus tôt, sa famille politique à plus de cohésion? Preuve, s’il en était, que la Majorité au pouvoir est truffée de taupes, félons et autres fourbes cachés sous l’étoffe d’agneau.

Ces renégats, opportunistes à tout casser, ont juré de se payer la tête du sénateur Mutinga. Ils ont mis les moyens pour assouvir leur soif de vengeance. Vengeance sur quelqu’un qu’ils n’ont jamais réussi à égaler ni en politique, ni dans le journalisme professionnel.

Curieusement, ce sont les mêmes qui, comme dans les temps anciens de la 2ème République, se distinguaient dans des pratiques éhontées pour salir, vilipender et envoyer à la potence tous ceux qui se mettaient au travers de leurs intérêts.

Quel est le péché du sénateur Mutinga? C’est d’être le propriétaire de « Le Potentiel », le plus grand quotidien du pays. Que reprocherait-on à ce journal de référence au point de lancer une fatwa à son propriétaire ? Le seul grief mis à sa charge, c’est d’avoir le courage de dire tout haut ce que tous les médias n’osent aborder. Cela s’appelle la liberté de la presse, une disposition consacrée par la Constitution de la RDC ainsi que par tous les instruments internationaux.

Pour avoir usé de sa liberté d’analyse, Le Potentiel et son propriétaire sont diabolisés de la pire manière. Et pourtant, à Kingakati il n’a été enregistré, à aucun moment dans les propos du chef de l’Etat, quelque chose qui pouvait s’apparenter à un mot d’ordre allant dans le sens de clouer Le Potentiel au pilori.

Tous les participants à la rencontre MP de la banlieue est de Kinshasa reconnaissent que le seul reproche fait au quotidien de l’avenue du Bas-Congo portait sur sa ligne éditoriale qui ne fait pas de cadeaux à la MP alors que son propriétaire est membre et cadre de cette dernière dans les institutions publiques.

C’est ici que se fonde le zèle du délateur de Modeste Mutinga. Ministre de son état, ce professionnel de coups bas a cru arriver l’occasion tant rêvée de prendre sa vengeance. Il fait le tour de quelques rédactions pour proposer à chacune une somme de mille USD que l’interpellation du chef de l’Etat à l’endroit de l’honorable Mutinga soit interprété comme un bannissement. Mal lui en a pris car, les confrères l’ont éconduit en lui disant qu’ils ne pouvaient se laisser embarquer dans une entreprise criminelle gratuite.

Ce que notre mouchard ignore c’est que depuis son élection en 2006 au Sénat, Modeste Mutinga a pris congé de la direction du journal Le Potentiel. Entre lui et son journal, il y a une rupture qu’il a appris à assumer. Ledit ministre, dont le passé politique est peu reluisant, s’est cassé les dents. Il a été évité par les confrères comme une peste à cause de nombreux crimes qui lui collent à la peau depuis la IIème République jusqu’à ce jour en passant par la sombre période d’éclatement du pays en plusieurs administrations.

Ne dit-on pas que qui a bu boira ? Celui qui a trahi une fois ne peut pas hésiter à en faire davantage. Vagabondage et transhumance politique sont ces grandes qualités. Il construit sur les ruines des autres.

LE MARTYR


Notre traitre invétéré devrait savoir que tôt ou tard son passé le rattrapera. Quant à sa bête noire, ci-devant Modeste Mutinga, est disculpé sur toute la ligne. La rédaction du Potentiel reconnaît son indépendance.

Par ailleurs, que gagnerait la République en muselant Le Potentiel ? Rien qui vaille. Or ce quotidien qui fait la fierté du pays, est resté fidèle à sa ligne. Quand tous multipliaient des alliances avec les ennemis, Le Potentiel a défendu la patrie. Le combat contre la balkanisation du pays n’aurait pas connu un franc succès si Le Potentiel s’était tu. Pendant tout ce temps, les autres qui se targuent d’une loyauté circonstancielle au chef de l’Etat s’étaient tapis dans l’ombre en attendant la victoire pour se réjouir.

Analyser les faits avec responsabilité et professionnalisme reste un crédo pour Le Potentiel. Pas de complot, encore moins des attaques à l’endroit de quiconque. A plusieurs reprises, le journal a été au front pour sauver le pays. Comme Joseph Kabila, Le Potentiel a fait de la défense de la patrie une priorité. Tous, à moins d’être frappé d’amnésie ou de faire preuve de mauvaise foi, le reconnaissent. Le Potentiel a eu, lorsque tout le monde se perdait en conjectures, pris tous les risques en portant haut la voix de la RDC. Et, cela se poursuivra, contre vents et marées.

Dans le paysage médiatique, Le Potentiel compte. Aussi nous engageons-nous à plus de responsabilité et de professionnalisme dans notre travail quotidien. Personne ne nous fera changer de notre cap. Pourquoi sacrifier le professionnalisme à l’autel de la flatterie et autres qui enfoncent davantage l’image du pays et de ses institutions ?

Avec Le Potentiel

avatar
Mathilde

Messages : 772
Date d'inscription : 20/01/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum